C’est à l’âge de 7 ans que le petit Léo Ferdinand Cornélius MATHIEU découvre le violon-Alto. Après 14 ans de bons et loyaux services en Musique Classique au Conservatoire de Reims, l’envie lui prend de s’intéresser au Jazz. D’abord Stéphane Grapelli qu’il apprivoise en reprenant quelques standards avec son collègue et néanmoins ami, Yann Van Der Cruyssen au violoncelle. Tous deux s’adonnent aussi à quelques reprises de musiques de jeux vidéos, l’été le long des côtes de la Manche. 

Vient le temps des études. Ce sera un parcours dans l’audiovisuel du côté de Brest. Là, outre les bonnes crêpes au beure salé, il goûte à des musiques plus traditionnelles aussi bien irlandaises que Blue-Grass, mais aussi le Rock et le Blues. Illico, il décide de s’acheter un Violon.

De retour à Reims, il annonce tout de go à ses parents esbaudis « je ferai de la musique ma profession ». S’en suit alors la longue quête du Graal en rejoignant successivement des groupes de jazz Manouche (Les ManLouches, PomPeHop), puis des chanteurs comme Gavroche (Chanson) ou Morris (Pop-swing), avec un petit détour de farfadet dans la Fanfare « Nous, on attend Paulette » avec laquelle il sillonne la région Champagne-Ardennes.

Ne reculant devant aucun obstacle, il participe à la formation de quatre groupes: Les Bottes et La Plume (Chanson à texte en Français), Soul Vaccination (Soul-Funk), le Karpates Show (Musiques Balkaniques) et Kanar (divers).

N’écoutant que son courage, Léo Ferdinand Cornélius MATHIEU s’essaye à toutes les expériences mélangeant la musique aux autres arts : Concerts dessinés, Ciné-concert, accompagnement de Poésie et contes pour enfants. C’est en 2012, qu’il entreprend la Mandoline et il paraîtrait même qu’il pousse la chansonnette de temps en temps. Mais ça c’est une autre histoire ! Il achève sa formation expérimentale en 2015 avec les « Apéro-Jazz », une formule qu’il n’avait encore pas testé à ce jour et qui, grâce à SAMARABALOUF (hips) non UP, devient ENFIN une réalité.

RETOUR GROUPE ➝